Suivez-nous

Mercedes Classe E Coupé : enfin digne de son standing

10/03/2017

Mercedes décline petit à petit toutes les variantes de sa Classe E. Nous avons déjà découvert la berline, le break, le SUV GLE, voici maintenant la version coupé. Elle repose désormais sur la même plateforme que la berline et est donc, enfin, digne de son rang. 



Car les anciennes Classe E Coupé ne reposaient pas sur une base de berline Classe E. Les précédents CLK ou coupé se servaient au contraire d'une base de Classe C. Alors même en étirant les proportions, le coupé E restait plutôt petit, et ses prestations routières étaient celles de la catégorie du dessous.

 

Mais cela, c’est bel et bien fini. Désormais le châssis provient de la berline. Et du coup, toutes les cotes sont en augmentation. La longueur prend d'un coup 12,3 cm (4,83 m désormais), la largeur 7,4 cm et la hauteur 3,3 cm. Et l'empattement, qui grandit de 11,3 cm, permet un bon en habitabilité bienvenu.






Les lignes, elles, sont globalement réussies. Pas de faute de goût. Aucun élément de carrosserie n'est repris de la berline. C'est statutaire, galbé, puissant, plus musculeux. Mais l'augmentation de la hauteur donne au coupé un côté trapu étonnant vu la longueur. Les feux à LED, à l'avant comme à l'arrière réalisent une petite scénographie d'accueil lors du déverrouillage. Gadget mais joli.







À l’intérieur, la planche de bord est par contre reprise en ligne directe de la berline et du break, à l'exception des aérateurs, qui prennent la forme de turbines. C'est du plus bel effet. Pour le reste, on se retrouve dans un univers très bien réalisé. Les matériaux sont cossus, on peut en choisir couleur et texture à loisir en option, mais certains sonnent étonnamment creux, par exemple au niveau des contre-portes. Les assemblages ne souffrent pas la critique. En entrée de gamme, on aura en face de soi des compteurs classiques, tandis qu'en haut de gamme Fascination, ce sont bien 2 grandes tablettes (non tactiles) de 12,3 pouces qui font face au conducteur. L'une pour les informations liées à la conduite, l'autre pour tout le reste (multimédia, GPS, réglages du véhicule). Elles peuvent paraître étranges dans l'environnement luxueux de la Classe E, mais derrière le volant, on s'y fait très rapidement.



Le coupé Classe E est bien sûr un vrai 4 places. Les deux occupants arrière bénéficient avec cette ultime génération d'un espace accru. Les jambes gagnent 7,4 cm pour se caser  en longueur, la tête aura 1,5 cm de plus au-dessus d'elle, et les épaules seront plus à l'aise de 3,4 cm. Installé, la sensation d'espace supplémentaire est bien réelle. Et de plus, comme sur l'ancienne, les passagers disposent de vitres qui sont ouvrables complètement, et non entrebaillables comme sur de nombreux coupés. Le coffre quant à lui gagne 25 litres pour afficher 425 litres, soit de quoi partir pour un week-end à 4, mais cela reste insuffisant pour plus d'une semaine de vacances. 





L'équipement de base est assez largement enrichi, puisqu'apparaissent sur toutes les versions les projecteurs full LED, la caméra de recul, les jantes alliage de 18 pouces, l'éclairage d'ambiance à 64 couleurs et le Remote Online (application pour géolocaliser, repérer son véhicule et vérifier à distance son état, ouvert, fermé, etc.). 

 

Enfin, côté motorisation, au lancement, nous auront droit à un unique diesel, le 220d de 194 ch et 400 Nm (4 l/100 km et 106 g de CO2/km), et à 3 essence. Le 200 de 184 ch et 300 Nm (6,2 l et 139 g), le 300 de 245 ch et 370 Nm (6,6 l et 150 g) et le 400 4-Matic de 333 ch et 480 Nm (8,1 l et 183 g). Tous sont obligatoirement accouplés à la boîte automatique 9G-Tronic.


SOURCE