Suivez-nous

Fiat Tipo 1,6 Multijet 120 DCT 2017: l’automatisation pour tous

23/03/2017

Forte de trois versions de carrosserie et d'un excellent positionnement tarifaire, la Tipo s'est fermement installée en France à la deuxième position des ventes de Fiat, derrière la petite 500 et devant le 500X. Et pour continuer d'alimenter ce succès, la marque italienne propose désormais sur sa compacte une boîte de vitesses à double embrayage.



Après avoir égrainé la Tipo sous ses trois versions, 4 portes5 portes et break SW, tout au long de l'année 2016, Fiat continue de diversifier l'offre de sa compacte en la proposant dans une version automatisée exclusivement en association avec le 1,6 l Multijet 120. Appelée ici commercialement DCT, TCT chez Alfa Romeo et DDCT chez Dodge, il s'agit de la même boîte C635 sortie en 2010, développée par le groupe turinois avec la collaboration de Magneti Marelli et BorgWarner et assemblée dans l'usine italienne FTP à Verrone. C'est une double embrayage sec à six rapports que nous avons déjà eu l'occasion de voir sur de nombreux modèles, que ce soit la 4C, la Mito ou la Giulietta chez Alfa, ou les 500L et X chez Fiat, et qui est donc maintenant offerte sur la Tipo.



Disponible à partir des niveaux de finition Easy et Lounge, les plus élevés, pour un tarif minimum toujours extrêmement serré de 22 490 € pour la 5 portes et de 23 990 € pour la SW, la 4 portes n'y ayant étrangement pas droit, il faut donc compter un supplément de 1 500 € par rapport à la version à boîte mécanique. Une rallonge modeste qui en fait l'une des moins chères du marché face à l'EAT6 (qui est techniquement une automatique) facturée au même tarif sur la Citroën C4 mais 100 € de plus sur la Peugeot 308 avec le 1,6 BlueHDI 120, face à l'EDC aussi à 1 600 € sur la Renault Mégane 1,5 l dCI 110, face à la Powershift à 1 700 € sur la Ford Focus 1,5 l TDCI 120 ainsi que face à la TCT à… 1 950 € de l'Alfa Romeo Giulietta 1,6 JTDm 120 ch.









C'est pourtant une boîte de vitesses qui n'a rien de low cost dans son utilisation, contrairement par exemple à la boîte Easy R simple embrayage de Dacia. Offrant des changements de rapport réactifs, rapides et fluides et n'ajoutant que 25 kg sur la balance sur la version 5 portes par rapport à la boîte mécanique, elle n'a au final une influence que très modeste à la fois sur les performances, avec 3 dixièmes supplémentaires au 0 à 100 km/h, 10,2 s, et sur les consommations, avec officiellement un petit décilitre en plus en mixte, à 3,8 l/100 km. Pas de mode sport ni de palettes au volant, ce qui justifie au moins en partie pourquoi Alfa facture plus cher son application sur la Giulietta, on fait difficilement plus intuitif dans le fonctionnement, avec les classiques positions PRND du levier et un mode manuel dans le « bon » sens (on pousse pour rétrograder et on tire pour monter un rapport) si on veut bloquer une vitesse par exemple dans une longue descente au frein moteur. Simple donc, mais efficace.



Le mariage avec le Multijet est aussi des plus heureux. Offrant 120 ch à 3 750 tr/min et 320 Nm dès 1 750 tr/min, ses performances sont tout ce qu'il y a de plus satisfaisantes, tout comme ses consommations, avec un 6,5 l/100 km enregistré au terme de notre essai, ce qui le place dans la moyenne pour sa puissance et la catégorie. Le seul reproche à lui lui faire, c'est cette propension à la vocalise enrouée du plus pur style diesel à froid et/ou à la moindre sollicitation de l'accélérateur et qui ne s'interrompt qu'à vitesse stabilisée. À la conduite, le châssis de la Tipo choie les passagers par son confort, un peu moins le conducteur du fait d'une direction manquant cruellement de précision.









Outre les considérations mécaniques, la Fiat Tipo conserve naturellement ses qualités déjà remarquées, comme par exemple une dotation de série extrêmement complète malgré le tarif particulièrement bas. Feux de jour à LED, jantes alliage de 16 pouces, système multimédia Uconnect avec écran tactile de 7 pouces, climatisation automatique, rétroviseurs électriques et dégivrants et régulateur de vitesse sont ainsi de série sur la finition Easy à 22 490 €, et le haut de gamme Lounge à 23 990 €, notre modèle d'essai, ajoute les jantes de 17 pouces, les vitres et lunette arrière surteintées, le régulateur de vitesse adaptatif, la caméra de recul, la navigation et les services connectés, la sellerie cuir que vous pouvez voir sur les photos étant une option à 750 €. À l’intérieur, si la qualité des plastiques est manifestement le domaine où Fiat a fait des économies, l'habitabilité et le volume de coffre de 440 litres font partie des meilleurs parmi les compactes de taille similaire.